Bals masqués de Guyane et d’ailleurs Agrandir l'image

Bals masqués de Guyane et d’ailleurs

Auteur: Monique Blérald,Mylène Danglades

9791029803994

Nouveau produit

23,70 €

29 Produits

Share :

editeur Editions Orphie
format 160x240mm
nombre de pages 480
reliure Broché
date parution 1er trimestre 2020

Si pendant longtemps, le Touloulou désignait une personne déguisée et masquée défilant de jour dans les rues aujourd’hui, il est plutôt
associé au bal paré-masqué. Personnage énigmatique, qui se caractérise par son anonymat, cette figure emblématique des dancings interpelle,
notamment sur les questions de patrimonialisation dans le contexte d’une société plurielle et mouvante.
Le bal paré-masqué, rencontre culturelle entre le bal travesti bourgeois et la danse traditionnelle populaire et endiablée, appelée le « kasékô
», fusion de deux espaces festifs (salon de bal bourgeois et salle de bal populaire) a connu lui aussi quelques évolutions au fil des années. Le
bal paré-masqué suscite un certain nombre d’interrogations : fondements historiques, description et rôle des acteurs qui s’y engagent, évolution
et enjeux dans un contexte socio-économique, politique et culturel, spécifique. Ces questionnements sont valables pour toute autre forme de bals
masqués saisie hors du territoire guyanais.
Aussi, le dénominateur commun pour ces bals masqués, est avant tout celui d’être un espace populaire et libre, un lieu de rêverie et
d’exaltation où des rites sont parfois mis en place. La dimension théâtrale de ces bals, renforcée par la magie qu’opère le masque, favorise moult
jeux et notamment ceux de la séduction et de l’illusion. Le visible est caché et le caché devient visible (Bakhtine, p. 199).
Les bals masqués sont-ils source de création ou de libération de tensions ? Favorisent-ils un surinvestissement de l’imaginaire ? Sontils
l’expression de cycles et de liens sociaux à décrypter ? S’imposent-ils comme spectacle ou performance d’identités revendiquées, réaffirmées
ou parfois réinventées ? Dans ce jeu sur les identités, il faut prendre en compte les renversements, les glissements, les bascules qui se produisent
dans le rapport entre espaces profane et sacré, ou encore dans la relation homme/femme, dans la définition des identités sexuées et de la sexualité.
Le colloque Bals masqués de Guyane et d’Ailleurs. Identités et imaginaires carnavalesques en question, en 2017 sur le campus Troubiran
à l’Université de Guyane, puis les rencontres-performances en 2018, Carnaval de Guyane, regards croisés sur un patrimoine immatériel, à
l’Université Paris-Sorbonne 1 et La Guyane et le mystère Touloulou, à l’Université Paris-Diderot ont permis de croiser les regards pour interroger
les imaginaires, les discours et les représentations qu’a fait naître le Touloulou avec son infinie complexité.

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Bals masqués de Guyane et d’ailleurs

Bals masqués de Guyane et d’ailleurs

30 autres produits dans la même catégorie :